mars 9 Loi NOTRe / Qui a peur des droits culturels ?

Catégories : Actualités / Financement, politiques culturelles

Dans le cadre des débats parlementaires autour de la loi NOTRe (troisième volet de la réforme territoriale en cours), le Sénat a voté un amendement précisant que « sur chaque territoire, les droits culturels des citoyens sont garantis par l’exercice conjoint de la compétence en matière de culture, par l’Etat et les collectivités territoriales ». Cet amendement a été rejeté par la commission des lois de l’Assemblée Nationale mais devrait ressurgir dans les débats ces prochains jours. Au sein de l’Ufisc, nous appelons à « soutenir l’enjeu des droits culturels comme principe de la liberté d’expression artistique et de garantie des droits fondamentaux »
lire le communiqué de l’Ufisc
  

À lire également sur ce sujet :

→ Les droits culturels, de quoi parle-t-on exactement (lien)

→ Note sur les pseudos « effets pervers » des droits culturels, par Jean-Michel Lucas (lien

→ Une tribune parue dans l’Humanité « Qui a peur des droits culturels ? » (lien

→ La présentation de la prochaine rencontre d’études de la Fédération francilienne des MJC qui aura pour thème « droits culturels et biens communs » (lien)
 

Et pendant ce temps là, les difficultés se multiplient
 

Impact des changements post élections municipales, restrictions budgétaires des villes suite aux baisses de dotation de l’Etat, difficultés récurrentes d’une partie des collectivités, période de flottement liée à l’installation de la réforme territoriale… Un cocktail qui risque de s’avérer dramatique pour un grand nombre d’acteurs culturels. Les projets dits musiques actuelles, déjà largement fragilisés, sont de plus nombreux en plus nombreux à vaciller dans une précarité effrayante que nous ne pouvons accepter. C’est dans ce contexte que le réseau Pince Oreilles (77) a souhaité appeler les élus, décideurs et citoyens à une véritable prise de conscience
lire le « signal d’alerte » du Pince Oreilles

À lire également sur ce sujet :

→ le courrier à Fleur Pellerin de la FAMDT sur « la situation alarmante du secteur des musiques et danses traditionnelles » (lien)

→ la fameuse « cartocrise » (lien)