juin 20 Communiqué / "Continuer Zebrock c'est utile"

Catégories : Actualités / Financement, politiques culturelles

Communiqué / "Continuer Zebrock c'est utile"
Communiqué
Continuer Zebrock, c'est utile

« Zebrock est à la croisée des chemins, devant des défis de taille. D'un côté des projets beaux et utiles, de l'autre une passe très difficile, sans aucun doute la plus dangereuse depuis presque 25 ans. 

Vous le savez notre association exerce ses activités dans le champ de l’accompagnement et du soutien à des projets musicaux: c’est « le Grand Zebrock »; et en direction de jeunes qui dans les quartiers de banlieue ont envie de se frotter à la musique, d’y faire de premiers pas: c’est « l’Atelier musique de Seine-Saint-Denis ».

Une autre part décisive de nos activités se mène dans le champ essentiel de l’éducation artistique et culturelle à la chanson et aux musiques actuelles dans les collèges et lycées : Zebrock au Bahut, Bienvenue au Bahut (dédié aux jeunes étrangers arrivés dans notre pays), les ateliers Culture et Art au Collège en Seine Saint-Denis, La Musique en Commun, dans les lycées d’Ile de France et d’autres programmes.

Plus de 25 000 collégiens et lycéens ont participé à Zebrock. Ils ont rencontré des dizaines de chansons, appris à les entendre et à les comprendre en les situant dans une époque et ainsi se sont cultivés d’une façon originale. Nous savons, avec leurs enseignants toujours engagés, ce qu’ils y ont trouvé d’encouragement à s'investir en classe et combien les sorties au concert et les discussions avec des artistes, adultes bienveillants, ont été enrichissantes. Nous avons conçu et édité des outils pédagogiques originaux, pensé nos dispositifs nés et développés en Seine Saint-Denis, dans une conception progressiste du savoir et de l’action culturelle, pour contrer le poids toujours menaçant des inégalités sociales. L’expérience et l’expertise accumulés au fil des ans, croisées et enrichies des apports théoriques et méthodologiques du Laboratoire de sciences de l’éducation Escol/Paris 8, notre partenaire depuis dix ans, confèrent à ce travail un niveau d’excellence unanimement reconnu et unique en son genre en France.

Nous avons aussi conçu et réalisé l’exposition « La maison Vogue » reprise à la BNF, initié le film « 93 La Belle Rebelle » de Jean-Pierre Thorn, organisé les Rencontres du Grand Zebrock (premières rencontres régionales des musiques actuelles en 1998) puis les journées Amplifiées avec nombre de débats et réflexions ! Et encore bien d’autres choses…

Bref, une équipe très motivée a oeuvré discrètement sur le terrain, dans les classes, auprès des musiciens et des groupes, avec passion et détermination. Au fil des ans notre rayonnement s’est étendu et la Région, le département de la Seine et Marne, des villes et agglomérations, les services de l’Etat, la Sacem et de nombreux professionnels nous ont fait confiance et soutenu. Nous venons de signer une convention avec le Rectorat de Créteil, à l'occasion du concert final de Zebrock au bahut.

Mais la réalité est là: musique, éducation et numérique sont indissociables.
Ce n'est pas la mode, c'est l'avenir.

Depuis un an, nous avons entamé un nouveau chantier : renouveler notre travail, nos méthodes et nos outils à l’aune des usages numériques qui permettent d’enrichir les connaissances disponibles, d’élargir les publics et inscrire la médiation culturelle à l’endroit où les jeunes, les élèves, développent des pratiques et des usages d’un nouveau type. Chantier passionnant, chantier novateur, chantier stratégique. Il entre en résonnance avec l’invitation régulièrement lancée par les pouvoirs publics de faire de l’éducation artistique et culturelle une priorité et d’épouser avec créativité la révolution numérique. Nous travaillons par exemple à l'animation interactive de la Carte du monde des musiques, la diversification des supports, une cartographie partagée de la musique en banlieue, un studio virtuel… Cette perspective conduira à démultiplier le nombre de destinataires de nos propositions en nous appuyant sur des lieux culturels et sociaux désireux de se frotter aux publics scolaires, dont les personnels sollicitent notre expérience dans ce domaine.

Nous proposons aux Ministres de la culture et de l’éducation nationale d’y prendre part, comme nous comptons soumettre des propositions aux collectivités locales soucieuses d’inscrire des projets liés à la chanson et aux musiques actuelles dans leurs propositions périscolaires. Enfin nous allons constituer un fonds de dotation afin de permettre à des entreprises sensibilisées de contribuer au financement de nos projets.

Bref, à quelques encablures de ses 25 ans, nous imaginons un avenir motivant à Zebrock.

Mais ces perspectives sont aujourd’hui assombries par une mauvaise situation financière. Nous supportons depuis plusieurs années les conséquences d’une baisse brutale et conséquente de notre subvention de fonctionnement survenue en 2009. Nous avons depuis quatre ans, surmonté ces difficultés, mais chaque fois par des solutions d’opportunité.
L’érosion systématique depuis deux ans de nos subventions, l’arrivée à leur fin des dispositifs emploi tremplin et la difficulté accrue ces derniers temps de lever de nouveaux financements ont fragilisé notre association en 2013 et en compromettent l’existence en 2014, malgré une gestion saine et rigoureuse.

Nous avons pris acte d’une situation qui en dépit de nos espérances est marquée par le recul des financements de la culture et de la vie associative. Quoique que nous en pensions, l’austérité budgétaire s’impose à nous et nous commande d’accélérer le pas sur la voie de la construction du nouveau modèle économique dans lequel s’inscriront nos actions

En conséquence, et ce n’est pas de gaieté de cœur, nous avons entrepris un plan de restructuration qui comporte des licenciements économiques et des non renouvellements de contrats. Si ces mesures difficiles nous permettent d’envisager de passer le cap de 2015 et 2016, elles ne garantissent cependant pas de terminer 2014 en toute sécurité, d’autant plus que notre engagement sur les projets numériques, sorte d’investissement pour l’avenir, ne bénéficie pas de financements dédiés.

La situation est donc très périlleuse, mais nous ne pouvons nous résoudre à voir le pire arriver sans agir.

C’est pourquoi le Conseil d’administration de Zebrock a décidé d’interpeller ses principaux partenaires, au premier rang desquels le Conseil général de Seine-Saint-Denis mais aussi la Région Ile-de-France et les services de l’Etat afin que s'élabore rapidement la solution exceptionnelle qu’appelle la situation. Nous demandons à tous les amis de Zebrock de se mobiliser, de relayer cette information et allons nous tourner vers la presse afin que, au-delà de la situation conjoncturelle de Zebrock, soit mis en débat le dossier du financement de la vie associative et des moyens accordés à l’éducation artistique et culturelle, notamment dans le domaine de la chanson et des musiques actuelles, première pratique culturelle des jeunes.

Cette mobilisation est d'autant plus nécessaire que tout dans le contexte culturel et social du pays nous convainc de l'urgence de l'action.

Nous avons six mois devant nous pour éviter que les activités de Zebrock s'arrêtent. 
Nous allons relever ce défi avec vous.

Noisy-le-Sec le 30 mai 2014
Le Conseil d’administration de l’Association Zebrock »